Menu

« Le combat est toujours un devoir »

Directeur administratif et financier du groupe Frojo (maison représentant les plus grands noms de l’horlogerie et de la joaillerie), Jean-Paul Tinetti est un cadeau sans prix que l’Italie a fait à la ville de Marseille. Ce Marseillais d’adoption met depuis 2011 son sens du dialogue au service des missions Commerce, Territoire Marseille, Tourisme. « Monsieur Sécurité » – ainsi surnommé par ses pairs en raison de son implication dans la commission départementale des systèmes de vidéosurveillance et de prévention – est en effet, dans la vie, un homme ayant un grand sens de l’humour.

Un grand sens de l’humour qui lui vient peut-être de sa force à savoir affronter les difficultés. Ce fut le cas en 1978, lorsqu’il devient jeune papa de Sabine, enfant trisomique. Jean-Paul décide alors de quitter sa terre natale d’Ivrea, dans le Piémont, et de s’installer avec sa famille à Marseille, la ville de son épouse, armé ainsi de l’exigence du meilleur pour l’épanouissement de son enfant et de la volonté qu’elle trouve sa place dans la société. Aujourd’hui, il revendique toujours la différence de Sabine comme une opportunité qui a rendu sa vie plus riche, plus intense et plus humaine, grâce surtout à la « niaque » de son épouse et à la présence de ses deux autres enfants. Et cela se voit bien dans son travail. Nous l’avons rencontré…

Monsieur Tinetti, quelques mots tout d’abord sur votre travail à Marseille. En quoi consiste-t-il et comment avez-vous commencé ?
Eh bien, peut-être à continuer à faire rêver les différents chalands de nos diverses boutiques grâce au plaisir d’offrir montres et bijoux aux divers moments importants de la vie. Il y a 40 ans, j’ai quitté le monde industriel du nord de l’Italie (Olivetti) avec comme unité de mesure de masse les « tonnes », pour passer aux « carats » des pierres précieuses. Quelle légèreté…!

Quel rapport entretenez-vous aujourd’hui avec l’Italie ?
Tout simplement ne pas oublier d’où l’on vient.

A quoi vous songez pour nos temps actuels ?
C’est un rêve et une utopie aussi, mais c’est la paix entre les peuples. Et puis, pour être un peu plus réaliste : bonne santé à mon cercle familial et amical.

QUESTIONNAIRE DE PROUST

D’abord, quel est le principal trait de votre caractère ?
La diplomatie.

La qualité que vous préférez chez les autres ?
L’honnêteté et le respect de la parole donnée.

Votre principal défaut ?
L’orgueil

Votre idée du bonheur ?
La liberté et l’amitié.

Si vous pouviez être une autre personne ?
Oui, sans doute un musicien.

Votre chanson de musique italienne préférée ?
Je peux sembler banal, mais c’est « L’italiano » de Toto Cutugno.

Votre film italien préféré ?
Sans hésitation le film de Dino Risi, « Parfum de femme ».

Votre actrice italienne préférée ?
Le naturel de la jeune Claudia Cardinale.

Votre acteur italien ?
Vittorio Gassman.

Votre plat et votre boisson préférés de la cuisine italienne ?
« Risotto à la truffe blanche »

Quelle ville italienne vous a le plus impressionné ?
Hier et toujours, Venise.

Quel monument ou œuvre d’art représente le mieux l’Italie ?
La tour de Pise… elle penche mais ne tombe pas et, de plus, elle nous apprend à nous positionner.

Ce que vous aimez par-dessus tout chez les Italiens ?
La bonne humeur.

Ce que vous détestez par-dessus tout (attention ! honnêtement) chez les Italiens ?
Peut-être l’ego.

La couleur que vous préférez ?
Le bleu, c’est le rêve et l’infini.

L’auteur italien favori ?
Luigi Pirandello et son ouvrage « Un, personne et cent mille ».

Quel est le héros dans la vie réelle qui vous inspire ?
Ce n’est pas tant un héros et son rôle, mais celui/celle qui est « un passionné ».

Le don de la nature que vous auriez aimé avoir ?
Savoir bien chanter… aux oreilles des autres.

La plus importante des vertus ?
La tolérance.

Votre devise ?
« Tout va bien » et « ne jamais oublier d’où l’on vient ».