Le Piémont aspire à devenir Capitale mondiale de l’agroalimentaire

Mondialement reconnu pour sa tradition gastronomique et œnologique, le Piémont est l’un des symboles de l’excellence italienne et, dans la région, l’économie alimentaire représente 8 milliards d’euros par an : vins et liqueurs, gâteaux et chocolat, fromages et la célèbre truffe blanche d’Alba. Aujourd’hui, c’est l’une des régions les plus importantes d’Italie en ce qui concerne le secteur agroalimentaire, et elle regarde l’avenir avec un projet global : rassembler tous les acteurs de la chaîne alimentaire – de l’industrie à l’agriculture, de la formation à la recherche – pour devenir la capitale mondiale de l’agroalimentaire.

Dans le Piémont – qui abrite certaines des marques alimentaires les plus importantes du pays comme Slow Food – il y a 50 600 fermes qui cultivent 900 000 hectares, dont 49 000 sont biologiques. Près de 4 390 entreprises, 7 % du total national, opèrent dans ce secteur, outre les 11 618 supermarchés et les 28 028 bars et restaurants. Dans l’ensemble, la filière alimentaire piémontaise emploie 242 000 personnes.

Le Comité de promotion pour la Capitale mondiale de l’agroalimentaire veut impliquer les habitants des huit provinces piémontaises pour donner la parole aux territoires, en créant un dialogue qui touche tous les secteurs de l’agroalimentaire. L’ambassadrice de ce projet est la skieuse de Cuneo, Marta Bassino, championne du monde en slalom parallèle.

Dans un premier temps, la feuille de route prévoit une cartographie de la situation actuelle, par le biais d’une enquête qualitative et quantitative, centrée sur huit secteurs (formation et recherche, culture, industrie, agriculture, artisanat, restauration, commerce et hôtellerie). Ensuite, le Comité procédera au regroupement des représentants des différentes filières agroalimentaires piémontaises et à la planification participative autour de tables de travail.

Inscription Newsletter

En vous abonnant, découvrez toutes nos actualités et nos évènements franco-italiens