Menu

Miyadori-do: entre France et Japon

Effectivement, ce mot n’a rien d’italien, mais l’invitée de ce nouveau volet va nous permettre d’ouvrir les frontières de l’esprit et du travail vers le Japon. Françoise Potheau est la créatrice de la marque Miyadori-do qui, en japonais, signifie « l’oiseau du palais ». Ses créations sont un peu le Japon, mais son intérêt pour l’Italie la pousse à proposer au-delà des Alpes ses produits à l’esthétique universelle : celle de l’esprit de vie à la japonaise. À Marseille, Françoise Potheau, devenue entre-autres présidente de l’Association Culturelle franco-japonaise, s’occupe de l’enseignement de la langue japonaise et du microcosme des Japonais de Marseille. Il ne nous reste qu’à lui souhaiter « 安全な旅行 », bonne route en japonais !

Tout d’abord parlons de votre activité actuelle. En quoi consiste-t-elle ? 
La boutique de la marque Miyadori-do, c’est un peu le Japon : des céramiques, des boîtes pour les repas, les « bento », sont présentées dans un cadre où des estampes japonaises originales de l’époque Edo en créent l’atmosphère. Mon intérêt pour le Japon est d’abord un parcours littéraire, artistique et linguistique. J’ai découvert ce pays avec le Genji monogatari, premier livre écrit par une femme Murasaki Shikibun, dans le Japon du XIe siècle. J’ai été troublée par cette esthétique littéraire et son illustration qui est la quintessence de la beauté japonaise. Mes études d’histoire de l’art à la Sorbonne et à l’école du Louvre à Paris m’ont amenée à étudier « le Japonisme » qui a influencé tout l’art occidental du XIXe siècle et transformé la peinture moderne à partir de Monet, Manet, Van Gogh. Ensuite, j’ai commencé à organiser et à guider des voyages ; je partage ainsi ma vie entre la France et le Japon. Mais c’est le stylisme et la création artistique qui sont ma véritable voie. J’ai donc créé ma marque franco-japonaise Miyadori-do qui fait le lien entre ces deux pays.

Les sacs Miyadori-do sont-ils inspirés des sacs japonais ? 
Oui, ils sont élégants, raffinés, mais ils conjuguent aussi l’esprit du Japon à l’esprit occidental. Une base cuir aux couleurs du sud, surmontée de tissu japonais. Les tissus sont japonais et proviennent d’ateliers d’artisans de Kyoto ; la fabrication des sacs est française, ce qui apporte une qualité supplémentaire.

La marque a reçu le Label « pure » de la maison méditerranéenne de la mode. 
Je suis très contente de cette reconnaissance. La marque prend son envol avec des projets de diffusion en France et au Japon, des défilés de mode au Musée Cantini à Marseille, au salon The Box à Paris et au Japon : « Collections Françaises » avec Ubi France, « Bonjour France » avec la CCI de Tokyo dans le grand magasin Isetan de Shinjuku à Tokyo.

Et puis il y a eu la création d’une nouvelle marque plus locale. 
C’est une nouvelle marque que j’ai appelée Comme les papillons, créée dans l’esprit de la Provence pour répondre à l’identité marseillaise de la marque.

Ce désir de développer votre marque vous pousse, après le Japon, vers l’Italie. Pourquoi cela ? 
L’Italie est le pays dans lequel j’aimerais diffuser ma collection, parce que les Italiens sont très sensibles à l’esthétique, et je sais que ma collection de sacs y a déjà été remarquée. J’espère pouvoir participer à des événements sur place. Je suis très intéressée par la ville de Milan et la semaine du design ainsi que par tous les événements de promotion de la mode en Italie.

Quelle est la motivation la plus importante de vos engagements professionnels ? 
Le stylisme et la création artistique constituent mon véritable moteur. C’est par plaisir que je développe ma marque.

Pour en savoir plus : Miyadori-do 
72, rue Grignan
13001 Marseille
France 
+334 91 33 95 99
www.miyadori-do.fr 

Questionnaire de Proust

Tout d’abord, quel est le principal trait de votre caractère ? 
J’ai un caractère généreux, altruiste, optimiste et persévérant.

La qualité que vous préférez chez les autres ? 
Le respect des autres. C’est par cette écoute mutuelle que l’on peut arriver à construire un monde civilisé.

Votre principal défaut ? 
Je suis souvent en retard parce que je fais toujours beaucoup de choses en même temps…

Votre idée du bonheur ? 
Le bonheur, c’est de faire de chaque jour une réussite « Il n’y a point de chemin vers le bonheur, le bonheur c’est le chemin » : maxime taoïste.

Si vous pouviez être une autre personne ? 
Un grand nom de la mode.

Votre chanson de musique italienne préférée ? 
J’aime beaucoup Gigliola Cinquetti et toutes ses chansons.

Votre film italien préféré ? 
Il y en a beaucoup : Nous nous sommes tant aimés, La Dolce Vita, Le Guépard, Huit et demi, Mort à Venise, Une Journée particulière, l’Avventura… Tout le cinéma du réalisme italien qui rejoint le réalisme dans le cinéma japonais.

Votre actrice italienne préférée ? 
Claudia Cardinale, mais aussi Isabella Rossellini.

Votre acteur italien ? 
Marcello Mastroianni bien sûr.

Votre plat et votre boisson préférés de la cuisine italienne ? 
Les Involtini alla romana ou les pâtes fraîches à l’encre de seiche, un souvenir ému à Venise. Pour la boisson : le limoncello.

Quelle ville italienne vous a le plus impressionné ? 
Venise, c’est un peu classique, mais elle reste magique.

Quel monument ou œuvre d’art représente mieux l’Italie ? 
Santa Maria del Fiore à Florence : le summum des recherches architecturales.

Ce que vous aimez par-dessus tout chez les Italiens ? 
Leur sens de l’esthétique, leur accueil, leur générosité.

Ce que vous détestez par-dessus tout (attention ! honnêtement) chez les Italiens ? 
Le côté un peu trop bruyant quand on les rencontre en croisière le soir dans les ports de plaisance !

La couleur que vous préférez ? 
Toutes les couleurs à partir du moment où elles s’aiment entre elles et apportent une vibration.

L’auteur italien favori ? 
Italo Calvino : si par une nuit d’hiver un voyageur…

Quel est le héros dans la vie réelle qui vous inspire ? 
Marco Polo.

Le don de la nature que vous auriez aimé avoir ? 
La capacité à composer de la musique.

La plus importante des vertus ? 
La tempérance comme modérateur.

Votre devise ?
Aller de l’avant quoique qu’il arrive.