Unioncamere : record des entreprises féminines

On assiste à une croissance record des entreprises italiennes dirigées par des femmes. Durant les trois dernières années, 32 000 entreprises au féminin ont été dénombrées, avec une incidence sur le total qui passe de 21,45 % en septembre 2014 à 21,83 % en septembre 2017. À la tête de cette multiplication d’initiatives entrepreneuriales féminines, on trouve Rome, avec presque 100 000 entreprises : la croissance est de 6 213 entreprises de femmes en trois ans, avec plus de 2 000 initiatives en seulement une année, une moyenne trois fois supérieure à la moyenne italienne. La capitale est suivie par Naples (+ 4 015) et Milan (+ 3 934). Actuellement, 22 entreprises sur 100 sont dirigées par des femmes, bien sûr, c’est peu, mais il y a encore fort à faire, assure Tiziana Pompei, vice-secrétaire générale de Unioncamere Nazionale. Les secteurs dans lesquels les femmes décident d’investir sont les secteurs les plus traditionnels, comme l’aide sociale ou les services à la personne, mais elles montrent aussi de l’intérêt pour le tourisme et l’agriculture, des domaines où les femmes non seulement investissent mais réussissent aussi à innover en introduisant le puissant moteur du numérique. Dans l’e-commerce et les services via Internet, les femmes représentent 20 % du total des entreprises numériques. D’après la présidente de Confesercenti nazionale, Patrizia De Luise, « Les femmes ont répondu à la problématique de l’emploi en créant des entreprises, ce qui représente un signal fort car, comme de nombreux économistes le relèvent, le travail des femmes a un influence sur le PIB ». Mais le problème non résolu de l’aide sociale au profit de la famille pèse comme une ombre sur le travail féminin », souligne Patrizia De Luise. « Si nous analysons le type d’entreprise que les femmes choisissent, explique encore De Luise, il apparaît que le problème le plus important est celui de trouver un équilibre du rythme de travail qui génère de fortes préoccupations. Et à plus forte raison s’il s’agit du rythme d’une entreprise ».