Menu

L’Unione Europea respinge la manovra economica italiana

La Commission européenne a rejeté mercredi 21 novembre le budget de l’Italie pour cause de dette excessive, prévoyant d’éventuelles sanctions financières. Giuseppe Conte promet des réformes mais pas un changement de cap. « Dans une situation d’endettement très élevé, l’Italie prévoit essentiellement d’importants emprunts supplémentaires au lieu de la prudence budgétaire requise », a indiqué le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, soulignant le « risque que le pays s’enfonce aveuglément dans l’instabilité ». Le gouvernement italien prévoit un déficit public à 2,4 % du PIB en 2019, puis une réduction à 2,1 % en 2020, des prévisions jugées irréalistes par la Commission : selon son avis, le déficit atteindra 2,9 % du PIB en 2019, puis 3,1 % en 2020. La Commission européenne estime que le budget proposé par le gouvernement italien ne lui permettra pas de réduire la dette de 130 % du PIB. Depuis Rome, le vice-Premier ministre Matteo Salvini a commenté le rejet européen (attendu et anticipé) « Nous vous répondrons en expliquant en détail la manœuvre, les réformes, les investissements ».